Culture

Dans une biographie magistrale, Reiner Stach fait surgir avec une minutie scientifique et un rare brio narratif, un Kafka en couleur, pris dans ses contradictions intimes et celles de son temps. Avec ce premier tome dévolu aux années 1910-1915, le lecteur suit pas à pas sa découverte du théâtre yiddish, la consolidation de sa vocation d’écrivain et sa tentative de nouer un lien amoureux et marital avec Felice Bauer au gré d’une relation épistolaire monumentale. Rencontre avec Reiner Stach, l’auteur qui renouvelle notre vision de Kafka et notre perception du genre biographique, et avec son traducteur français, Régis Quatresous.

Après avoir pris la direction du Musée juif de Vienne (JMW), le 1er juillet dernier, Barbara Staudinger et son équipe de conservateurs ont eu moins de cinq mois pour mettre sur pied leur première exposition : « 100 Malentendus sur et entre les Juifs ». Depuis son ouverture à la fin du mois de novembre, cette exposition attire le public. Retour sur une controverse comme l’on n’en avait pas vue dans un musée juif européen depuis une décennie.

Dans la Roumanie communiste des Juifs ont été troqués contre des porcs, des veaux ou des vaches. C’est ainsi que les grands-parents de Sonia Devillers – comme elle le raconte dans Les Exportés (Flammarion, septembre 2022) – ont pu passer à l’ouest. Se dégage de la Roumanie un tableau aux couleurs de sang et de tripes : après avoir été abattus artisanalement, les juifs rescapés valaient tout juste le prix des bêtes contre lesquelles ils étaient échangés.

Au Musée Juif d’Hohenems, en Autriche, se tient une exposition au titre étrange : « ‘Des Juifs empaillés ?’ Histoire, présent et avenir des musées juifs ». L’expression Juifs empaillés » fait référence aux mots anciens d’un président de la communauté juive de Vienne qui ne voulait pas d’un musée dans lequel les Juifs pourraient être admirés comme des « Indiens empaillés ». Dans le contexte du débat ouvert par l’exposition au musée d’Hohenems, Cilly Kugelmann, l’ancienne directrice du Musée juif de Berlin, s’interroge sur la notion même de « musée juif ».

On connait le genre du ‘Christmas movie’ (film de Noël) et ses sous-genres plus ou moins critiques inventés par Hollywood. Danny Trom, après avoir vu ‘Gremlins’ (1984), le film d’horreur réalisé par Joe Dante et produit par Steven Spielberg, analyse ce qui pourrait bien relever d’un sous-genre spécifique à identifier, celui du ‘Jewish Christmas movie’…

L’histoire des relations entre Juifs et Ukrainiens est revenue avec insistance dès le début de la guerre engagée par Poutine. Une histoire essentiellement tragique, sur laquelle revient Boris Czerny, mais en rappelant qu’elle ne se limite pas qu’à des actes de violences. À travers l’évocation de Dovbouch, héros populaire des Carpates, et du rabbin Israel Ben Eliezer dit le « Baal Shem Tov », il s’intéresse ici au tissu d’échanges linguistiques et culturels qui démontre la richesse des liens entre Ukrainiens et Juifs ainsi qu’à la matière complexe d’un passé commun.

Les mélomanes et discophiles actuels ressentent-ils une gêne en écoutant les enregistrements des grands interprètes ayant joué, entre 1933 et 1945, sans états d’âme, pour les dirigeants nazis ? Philippe Olivier, historien de la musique, spécialiste d’opéra – et notamment de Wagner – s’interroge sur son propre rapport à ce patrimoine musical.

L’histoire est connue : Kafka a demandé à son ami Max Brod de détruire ses manuscrits. Non seulement Max Brod ne l’a pas fait, mais il est devenu le gardien de la mémoire de l’écrivain, son biographe et son éditeur, le propriétaire de la plupart de ses manuscrits – qu’il a emportés en Israël. A qui appartiennent aujourd’hui toutes ces archives ? Dans son livre-enquête, Benjamin Balint suivait à la trace les péripéties des manuscrits de Kafka, des querelles politico-littéraires jusqu’au dénouement judiciaire. Philippe Zard l’a lu et revient pour K. sur l’histoire d’un méshéritage.

La série The Club, diffusée sur Netflix, ébranle les récits officiels de la Turquie pour présenter une image plus complexe et réaliste de l’Istanbul juive des années cinquante. Alors que le tournage de la saison trois vient de se terminer, le journaliste turc Nesi Altaras revient sur les effets, pour les juifs stambouliotes, de ce programme inattendu, interprété dans une langue – le ladino – qu’il n’aurait jamais cru entendre dans une série destinée au grand public.

Avec le soutien de :

Merci au bureau de Paris de la Fondation Heinrich Böll pour leur coopération dans la conception du site de la revue.

Merci au mahJ de nous permettre d’utiliser sa photothèque, avec le voyage visuel dans l’histoire du judaïsme qu’elle rend possible.