Politique

Notre collaborateur Mitchell Abidor témoigne ici de sa colère contre une partie de son camp politique qui, « aveuglé par la haine d’Israël, craignant d’être associé aux gouvernements occidentaux [a fait disparaître] la boussole morale de la gauche ». Son récit de la production éditoriale au sein de cette dernière depuis le 7 octobre, en particulier celle de la presse juive de gauche, est précieux pour nous faire comprendre les ressorts d’une sorte d’impossibilité physique à y condamner les massacres du Hamas.

Le discours prononcé le 2 novembre à propos de la situation au Proche-Orient par le Vice-chancelier allemand Robert Habeck, membre des Verts, a frappé les esprits. D’une clarté sans faille, qui sans doute en Europe ne pouvait venir que d’Allemagne, il y insiste à la fois sur le droit des Palestiniens à avoir leur propre État et celui d’Israël à défendre sa sécurité. Fustigeant l’ambiguïté d’une partie de l’opinion envers le Hamas, il explique pourquoi l’Allemagne et l’Europe, si elles veulent rester fidèles à ce qui fonde leur légitimité politique, ne doivent céder en aucune circonstance et pour aucune raison « humanitaire » sur le combat contre l’antisémitisme.

« Israël face au vertige de la vengeance » titrait une tribune parue dans ‘Le Monde’ une semaine après le 7 octobre. Pourtant, c’est se leurrer d’imaginer qu’Israël agira dans ce registre-là. Danny Trom explique pourquoi il n’y aura pas et ne peut y avoir de vengeance d’Israël en décryptant ce que cette mise en garde, qui se fait partout entendre, charrie imperceptiblement.

Sergey Lagodinsky est un homme politique allemand (Les Verts) d’origine juive russe, membre du Parlement européen depuis 2019. « Nous avons tous été attaqués » est paru quelques jours après les attaques du Hamas dans le ‘Frankfurter Allgemeine Zeitung’. Il y témoigne de son inquiétude quand, face aux « terroristes [qui] détruisent des corps humains », il voit, au cœur de l’Europe démocratique, « les voisins indifférents, les silencieux discrets, les relativistes froids et tous ceux, nombreux, qui sont trop bien confortablement installés là où ils sont pour affronter sérieusement la nouvelle réalité. »

Après l’attaque sanglante du Hamas contre Israël, et la riposte armée de l’État hébreu contre la bande de Gaza, le philosophe américain Michael Walzer, auteur de Guerres justes et injustes (1977), livre son analyse sur les ressorts politiques et juridiques de ce conflit sans précédent. 
Cet entretien, réalisé par Martin Legros, est paru sur le site de ‘Philosophie magazine’ – que nous remercions chaleureusement de nous avoir autorisé à republier.

Les universités européennes et américaines, considérées jadis comme politiquement neutres, se sont progressivement impliquées dans des déclarations politiques en solidarité avec les victimes d’injustice. Pourtant, lors d’événements impliquant le conflit israélo-palestinien, sans se concerter, tacitement et d’un même mouvement, elles ont généralement gardé le silence. Pourquoi ? Que signifie, en particulier, qu’un pan majoritaire des sciences sociales soit devenu incapable d’étudier la condition juive d’un point de vue objectif, semblant placer irrépressiblement « les juifs » dans le camp des « dominants » ?

Les coordonnées du monde juif, après ce qui s’est produit en Israël les 7 et 8 octobre 2023, ne sont plus les mêmes. Elles bougent, se recomposent et s’agencent autrement, si bien que parmi tous les sentiments qui assaillent les juifs aujourd’hui figure la désorientation provoquée par ce bouleversement. Il n’est pas aisé, tandis qu’on est saisi par l’effroi et plongé dans le deuil, d’en dégager la logique. Discerner la situation nouvelle n’est possible qu’à nous forcer à ouvrir les yeux – quand bien même nous voudrions les refermer pour ne plus regarder qu’en nous-mêmes.

Dans le numéro 129 de K., nous revenions sur la lettre ouverte, titrée « Elephant in the room », dénonçant l’État d’Israël comme régime d’Apartheid. La pétition fut signée par plus de 2.500 universitaires regroupant en un attelage encore inimaginable quelques mois auparavant des sionistes convaincus et des antisionistes déclarés. Nous avons donné la parole à plusieurs auteurs de notre revue qui ont expliqué pourquoi ils avaient signé, même s’ils ne souscrivaient à l’usage du mot d’apartheid. Le texte qui suit explique pourquoi une telle qualification est historiquement et politiquement impropre, contre-productive, fruit d’une analogie absolument impraticable sauf à vouloir jeter avec mauvaise foi un discrédit total sur l’histoire et l’existence même du sionisme.

Le get, pièce maîtresse du divorce traditionnel, est un acte juridique particulièrement sensible qui semble aujourd’hui concentrer la tension la plus vive entre loi civile et loi juive. Faut-il y lire un lieu d’affrontement ? Astrid von Busekist y voit davantage le lieu de composition d’un pluralisme légal, capable d’honorer la liberté des pratiques religieuses tout en l’infléchissant en direction d’une reconnaissance du principe général d’égalité de tous. 

Avec le soutien de :

Merci au bureau de Paris de la Fondation Heinrich Böll pour leur coopération dans la conception du site de la revue.

Merci au mahJ de nous permettre d’utiliser sa photothèque, avec le voyage visuel dans l’histoire du judaïsme qu’elle rend possible.